Mode de vie

Haute Hong Kong

Voyage dans la ville la plus entraînante de Chine.

Hong Kong Travel.
Hong Kong’s magical skyline

Derrière l’horizon singulier de l’île de Hong Kong qui rougeoie de l’autre côté du port, l’Avenue of Stars –qui rend hommage aux géants du cinéma et attire le touriste – est conçue pour éblouir. Mais un soir de novembre dernier, l’allée riveraine de la péninsule de Kowloon présentait un spectacle encore plus impressionnant : la marque de luxe mondiale Louis Vuitton l’a transformée en passerelle à ciel ouvert pour son tout premier défilé homme préautomnal, où Pharrell Williams honorait la finale aux côtés de modèles au style marin devant un parterre parsemé de célébrités. Au-dessus de leurs têtes, une volée de drones dessinait le logo LVers, illuminant le soir.

L’événement mettait en vedette la ville tout autant que la mode. « J’ai choisi l’endroit parce que nous aurions pu aller n’importe où dans le monde. Et c’est ici que nous voulions être », d’expliquer Pharrell, directeur créatif de la mode masculine pour la marque, à Esquire, comparant l’élan renouvelé de la destination à « la corde d’un arc prête à propulser sa flèche ».

Il est clair que l’élégante Hong Kong – qui était, avant la pandémie, la cité la plus visitée de la Terre depuis plusieurs années consécutives – est à nouveau prête à accueillir le monde. Et si vous croyez que la métropole n’a fait qu’hiberner dans un profond sommeil, vous serez peut-être étonnés d’y trouver bien du nouveau : de grands restaurants jusqu’à des quartiers artistiques très attendus (oui, plus d’un). Même le tram qui vous amène à Victoria Peak est rutilant et neuf, bien que les panoramas depuis le plus haut sommet des environs soient tout aussi emblématiques que dans vos souvenirs.

Nourriture céleste

Hong Kong a ses propres traditions culinaires distinctives, mais elle se démarque aussi pour ses goûts internationaux – une caractéristique que souligne une vague de nouveaux locaux chapeautés par des noms célèbres dans le monde entier, dont certains ont choisi le « port parfumé » comme premier avant-poste à l’étranger.

Prenez le chef David Toutain, mieux connu pour son restaurant homonyme deux étoiles Michelin à Paris, qui a amené ici sa vision de la gastronomie française on ouvrant Feuille – son premier établissement hors de France, niché discrètement dans une tour du centre trépidant. Attendez-vous à un riche menu dégustation inspiré par la nature et à orientation végé (sans s’y limiter), avec des mets phares habiles, préparés méticuleusement, comme le homard à la citrouille ou une crème anglaise additionnée de maïs sucré (servie dans une coquille d’œuf parfaite).

De même, Hong Kong est le seul endroit hors de Thaïlande où savourer les délices rendues célèbres par le restaurant de Bangkok Le Du à une étoile Michelin, en tête des 50 meilleures tables d’Asie en 2023. Le réputé chef Thitid « Ton » Tassanakajohn a choisi Hong Kong pour son premier local frère, le Niras (dans le complexe K11 Musea), aux mêmes touches contemporaines. Offerts en menus dégustation, les plats varient selon la saison, mais les atouts comprennent le crabe avec laitance de crabe accompagné de sauce sriracha et la crevette royale blanche saupoudrée d’algues avec sorbet à la betterave.

Bien entendu, aucune visite de la ville ne serait complète sans réservation à des adresses purement hongkongaises. Parmi les nouveaux arrivés, Cafe Bau, un concept de la ferme à la table du restaurateur et personnalité de la télé Alvin Leung, surnommé le « chef démon ». « Bau » est un clin d’œil à l’arbre à orchidées, emblème floral de Hong Kong, ainsi que l’acronyme de « business as usual », dénotant l’optimisme post-pandémie. Le menu rend hommage presque exclusivement aux ingrédients locaux, comme le poulet jaune rôti Ping Yuen et le riz de la ferme Yi O, cultivé sur l’île de Lantau selon des méthodes bio traditionnelles – irrigué par des sources montagneuses et séché au soleil.

Détaillants remarquables

À un jet de pierre de l’Avenue of Stars, vous trouverez le Victoria Dockside, nouveau quartier de créateurs au bout de la péninsule de Kowloon, arrimé au complexe K11 Musea, un centre commercial huppé plus-qu’un-centre-commercial inauguré à l’automne 2019 pour attirer autant les consommateurs que les esthètes. Au-delà des griffes – Balenciaga, Burberry, Chanel, Gucci, Loewe et beaucoup d’autres, il accueille des trésors d’art contemporain dignes des grandes galeries, avec plus de 30 œuvres disséminées parmi les boutiques.Les créations notables exposées allient le conceptuel, le fantaisiste et le provocant, de Beethoven’s Trumpet (With Ear), Opus 127 de John Baldessari à 1, 2, cha-cha-cha de Paola Pivi, un ours polaire grandeur nature entièrement couvert de plumes rose fluo. L’une des plus impressionnantes est I hope…, installation à grande échelle de Chiharu Shiota avec des bateaux d’acier dans un océan de « souhaits collectifs » – 5 000 lettres rouges rédigées à la main, suspendues et reliées par des fils rouges. S’ajoute au plaisir des yeux l’architecture même du K11 Musea : un atrium spectaculaire, à l’inspiration galactique, appelé Opera Theatre présente l’époustouflante sculpture Oculus d’acier plié et de polymère renforcé de fibre de verre dotée d’une constellation programmée de lumières qui clignotent durant toute la journée, et une chambre sphérique baptisée Gold Ball accueille des expositions et d’autres événements.

Musée M+ Hong Kong
Musée M+ à Hong Kong

Destination : l’art

L’idée d’une zone culturelle phare à Hong Kong remonte à plusieurs décennies; aujourd’hui, ce projet ambitieux se concrétise sur 40 hectares restaurés, formant le West Kowloon Cultural District. Le musée M+ attendu depuis longtemps, premier musée mondial d’art visuel contemporain en Asie, a été inauguré fin 2021, attirant plus de deux millions de visiteurs l’année suivante. Et son design – un T inversé signé Herzog & de Meuron – en a fait un point de repère instantané, surtout à la nuit tombée, où la façade du M+ se transforme en toile à DEL pour art numérique. Les expositions qui ouvrent l’année du M+ comprennent une rétrospective de feu le célèbre architecte I. M. Pei, et la mode fantaisiste de Guo Pei, première haute couturière de Chine (à qui Rihanna doit son inoubliable robe jaune à traîne royale pour le gala du Met). La vision moderne du M+ a son opposé au Hong Kong Palace Museum voisin, qui présente des antiquités allant des créatures mythiques en bronze (découvertes par des feuilles archéologiques) aux céramiques de la Chine impériale. Ouvert en 2022, l’établissement se spécialise en artéfacts, y compris des objets classés trésors nationaux prêtés par le musée du Palais de la Cité interdite de Beijing.

Hébergements superlatifs

Le Rosewood Hotel Group a son siège social à Hong Kong, mais ce n’est qu’en 2019 que cette marque hôtelière chic a ouvert une adresse dans sa ville d’attache. Consacré meilleur hôtel d’Asie pour 2023 par World’s 50 Best, le Rosewood Hong Kong domine l’eau d’une nouvelle tour du Victoria Dockside, où son « établissement vertical » de 413 chambres comprend certaines des suites les plus vastes de la ville. Peu de vues peuvent rivaliser avec celles du Harbour House, la suite du 57e étage s’étendant sur plus de 930 mètres carrés (10 000 pi²) d’espace intérieur-extérieur, où l’on peut admirer la ligne des toits depuis des jardins paysagés ou la piscine extérieure à débordement. Les amateurs d’évasions ne doivent pas manquer le Asaya, centre de bien-être et spa de deux étages où les rituels de bichonnage comprennent Glow, un soin facial haute technologie sur mesure de deux heures de Dr. Barbara Sturm.

Voisin du Rosewood se trouve un grand seigneur qui suscite un nouvel engouement : le Regent Hong Kong, un hôtel qui évoque une profonde nostalgie chez les gens de la ville. D’abord très en vogue dans les années 1980, à la fin de 2023, il a émergé d’une remise à neuf complète, avec le retour du nom original (après un récent tour de piste sous le nom InterContinental). Les 497 chambres, dont une nouvelle suite présidentielle, sont conçues comme des sanctuaires sereins en nuances subtiles et matériaux naturels, comme du chêne artisanal, du marbre Calacatta et du granit brossé. Le Regent sera doté d’un spa sous peu, mais les plaisirs n’y manquent pas, dont le somptueux dim sum et des mets saisonniers au restaurant Lai Ching Heen. 

Pour l’hôtel historique, et pour Hong Kong dans son ensemble, le message est clair : « Nous sommes de retour, et meilleurs que jamais ».

Articles connexes

  • Trésor caché au Népal
    Mode de vie

    Trésor caché au Népal

    De Charu Suri - 05 juin 2024

    Visite du majestueux district de Mustang, ancien royaume interdit, au luxe supérieur.

    Aller à l'article
  • Visite de la Madrid magique : où se faire plaisir dans la capitale culturelle de l’Espagne
    Mode de vie

    Visite de la Madrid magique : où se faire plaisir dans la capitale culturelle de l’Espagne

    De Ellen Himelfarb - 04 juin 2024

    La cuisine inspirante, les bons vins et la beauté intemporelle de la capitale espagnole.

    Aller à l'article

Articles récents

  • Vent de changement
    Perspective

    Vent de changement

    De Ève Laurier, Vice-présidente, Communications, marketing et affaires publiques - 31 mai 2024

    La nouvelle identité de marque de Bombardier marque une évolution audacieuse pour l'entreprise.

    Aller à l'article
  • Guidés par les cépages
    Profil

    Guidés par les cépages

    De Richard Snyder - 30 mai 2024

    Goûter au savoir-faire, à la technique et à l’enthousiasme des vignobles de Colombie-Britannique

    Aller à l'article