Bombardier présente ses résultats financiers de l’exercice 2020, ses prévisions pour 2021 et des mesures pour améliorer sa rentabilité et sa productivité

  • Revenus tirés des activités liées aux avions d’affaires totalisant 5,6 milliards $ pour l’exercice 2020, en hausse de 3 % sur ceux de l’exercice précédent avec 114 livraisons d’avions, dont 44 au quatrième trimestre incluant le nombre record de 16 avions Global 7500
  • RAIIA ajusté(1) des activités poursuivies en 2020 de 200 millions $; RAII comme présenté de 912 millions $ reflétant les gains comptables réalisés sur la cession des activités liées aux avions CRJ et sur celles liées aux aérostructures
  • Flux de trésorerie disponibles(1) (FTD) avant intérêts et impôts provenant des activités poursuivies de 523 millions $ au quatrième trimestre, en avance sur notre prévision; Flux de trésorerie liés des activités opérationnelles de 323 millions $ au quatrième trimestre
  • Trésorerie et équivalents de trésorerie pro forma(2) totalisant 5,4 milliards $, y compris une encaisse de 1,8 milliard $ pour Bombardier Inc. au 31 décembre 2020 et le produit de 3,6 milliards $ tiré de la vente de Transport clôturée récemment, dès qu’il sera pleinement disponible; dette nette pro forma(3) d’environ 4,7 milliards $
  • Initiative en cours à l’échelle de l’entreprise pour améliorer sa rentabilité et sa productivité; Objectif d’économies annuelles d’environ 400 millions $(4) d’ici 2023
  • Fin de la production d’avions Learjet au T4 2021, permettant à l’entreprise d’axer ses activités sur les gammes d’avions plus rentables Challenger et Global; Wichita devenant le futur Centre d’excellence pour les plateformes d’avions spécialisés
  • Perspectives 2021(4): croissance interne des revenus prévue; hausse prévue du RAIIA ajusté et du RAII ajusté(1) pour dépasser respectivement 500 millions $ et 100 millions $, et utilisation FTD prévue être en deçà de 500 millions $ compte tenu des coûts et des investissements non récurrents
  • Journée des investisseurs de l’entreprise fixée au 4 mars 2021

Tous les montants de ce communiqué de presse sont exprimés en dollars américains, à moins d’indication contraire.
Les montants des tableaux sont en millions, sauf les montants par action, à moins d’indication contraire.

Bombardier (TSX: BBD.B) a publié aujourd’hui ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice clos le 31 décembre 2020, présenté ses prévisions pour 2021 et souligné un certain nombre de mesures pour améliorer sa rentabilité et sa productivité alors que l’entreprise se concentre exclusivement sur la conception et la fabrication des meilleurs avions d’affaires au monde ainsi que sur la prestation de services auprès de ses clients.

« Maintenant que nous avons terminé notre repositionnement stratégique, nous sommes très enthousiastes à l’idée d’entreprendre notre parcours comme entreprise axée exclusivement sur les avions d’affaires, a dit Éric Martel, président et chef de la direction, Bombardier Inc. Notre portefeuille de produits inégalés, notre réseau de service à la clientèle de calibre international et nos employés incroyablement talentueux nous donnent de solides fondations sur lesquelles bâtir notre avenir. Le momentum que nous avons connu au quatrième trimestre est encourageant. Nous sommes convaincus de prendre les bonnes mesures pour traverser la pandémie et placer l’entreprise en meilleure position pour tirer profit d’une reprise du marché. »

Aperçu des résultats financiers 2020

Les revenus tirés des activités liées aux avions d’affaires ont atteint 5,6 milliards $ pour l’exercice 2020, une augmentation de 3 % par rapport à ceux de l’exercice précédent attribuable à l’accélération des livraisons d’avions Global 7500, établissant un record de 16 livraisons au quatrième trimestre, en partie compensée par l’importante incidence de la COVID-19 sur les revenus tirés des autres programmes et des services.  

Le RAIIA ajusté pour l’exercice et le RAII ajusté(1) des activités poursuivies de respectivement 200 millions $ et (211) millions $ tiennent compte de l’incidence de la pandémie de COVID-19 sur les livraisons d’avions et les services, ainsi que la contribution inférieure des premières unités de l’avion Global 7500. Le RAII comme présenté de 0,9 milliard $ tient compte des gains comptables réalisés à la cession des activités liées aux avions CRJ et celle des activités liées aux aérostructures.

Les flux de trésorerie disponibles avant intérêts et impôts pour le quatrième trimestre provenant des activités poursuivies se sont élevés à 523 millions $. Cela a été réalisé en avance sur notre prévision et malgré une incidence négative de 160 millions $ au cours du trimestre en raison de la réduction progressive d’un programme d'affacturage inversé de l’entreprise. L’utilisation de flux de trésorerie disponibles par les activités poursuivies a été de 1,9 milliard $ pour l’exercice, tenant compte des perturbations liées à la pandémie ainsi que des coûts d’intérêts et des dépenses du siège social, lesquels seront plus faibles en 2021 compte tenu du remboursement prévu de la dette et des mesures de restructuration annoncées aujourd’hui.

Bombardier a commencé 2021 avec un montant de trésorerie et équivalents de trésorerie pro forma d’environ 5,4 milliards $, y compris le produit de la vente de Transport récemment conclue, ainsi qu’une dette nette pro forma d’environ 4,7 milliards $.

Améliorer la rentabilité et la productivité

Bombardier a lancé et lancera un certain nombre de mesures pour améliorer sa rentabilité et sa génération de trésorerie.  L’objectif est de rendre l’entreprise plus efficace et plus agile, à même de générer des résultats financiers plus solides dans les conditions actuelles du marché, tout en établissant une structure de coûts plus faible afin de croître quand le marché reprendra. Avec ces mesures, l’entreprise vise à générer annuellement des économies récurrentes de 400 millions $ d’ici 2023. Les économies devraient totaliser environ 100 millions $ en 2021; l’entreprise comptabilisera une charge non récurrente de 50 millions $ cette année pour soutenir ses mesures de restructuration.

Les mesures spécifiques incluent le regroupement des travaux de finition sur les avions Global de Bombardier à Montréal; un examen des options pour remédier à la sous-utilisation des hangars et des espaces industriels de nos installations situées au Québec, et la réduction du total des effectifs d’environ 1600 postes, incluant les réductions associées aux progrès réalisés le long de la courbe d’apprentissage sur le programme Global 7500. Ces réductions, ainsi que l'achèvement des mesures de restructuration précédemment annoncées et la cession des activités de système d'interconnexion de câblage électrique à Querétaro, au Mexique, devraient porter les effectifs mondiaux de l’entreprise à environ 13 000 d’ici la fin de l’année.

« Réduire les effectifs est toujours très difficile, et nous regrettons voir des employés dévoués et talentueux quitter l’entreprise quelle qu’en soit la raison, a poursuivi M. Martel. Ces réductions nous sont néanmoins absolument nécessaires pour rebâtir notre entreprise alors que nous continuons à traverser la pandémie. »

Bombardier a aussi annoncé qu’elle mettra fin, plus tard cette année, à la production des avions Learjet pour permettre à l’entreprise de se concentrer sur ses gammes plus rentables d’avions Challenger et Global et accélérer l’expansion de ses activités de service à la clientèle.

« Avec plus de 3000 avions livrés depuis leur mise en service en 1963, les avions emblématiques Learjet ont une incidence remarquable et durable sur l’aviation d’affaires. Les passagers du monde entier adorent voler à bord de ces avions exceptionnels et ils comptent sur leur performance et leur fiabilité remarquables. Toutefois, compte tenu de la dynamique de marché de plus en plus exigeante, nous avons pris cette difficile décision d’arrêter la production des avions Learjet », a expliqué M. Martel.

Bombardier continuera d’offrir à long terme un plein soutien pour la flotte d’avions Learjet et, à cet effet, elle a lancé aujourd’hui le programme de refabrication Learjet RACER pour les avions Learjet 40 et Learjet 45. Ce programme inclut un ensemble d'améliorations comprenant des composants intérieurs et extérieurs, une nouvelle avionique, une connectivité à haut débit, des améliorations des moteurs et une amélioration des coûts de maintenance des avions. Le programme de refabrication RACER sera offert exclusivement par notre centre de services de Bombardier situé à Wichita, au Kansas.

Les installations de Bombardier à Wichita continueront de servir de principal centre d’essais en vol de l’entreprise et d’être un élément clé de son réseau mondial de service. De plus, Bombardier a désigné Wichita comme le Centre d’excellence pour ses activités liées aux avions spécialisés et prévoit que les installations joueront un rôle de premier plan dans les futurs contrats de modifications d’avions pour missions spéciales.

Prévisions 2021

Le repositionnement de Bombardier comme une entreprise axée exclusivement sur l’aviation d’affaires étant terminé, l’année 2021 sera une année de transition alors que l’entreprise met en œuvre ses mesures d’amélioration de la productivité, progresse davantage vers une production d’avions Global 7500 arrivée à maturité et commence à assainir sa structure de capital.

Les revenus tirés des activités liées aux avions d’affaires en 2021 devraient être meilleurs que ceux de 2020 sur la base d’un scénario de reprise économique progressive.

Le RAIIA ajusté devrait être supérieur à 500 millions $, reflétant les progrès soutenus réalisés le long de la courbe d’apprentissage sur le programme Global 7500, la croissance des services à la clientèle et l’incidence partielle des mesures de réduction de coûts. Le RAII ajusté devrait être supérieur à 100 millions $.

L’utilisation des flux de trésorerie disponibles en 2021 devrait être en deçà de 500 millions $, incluant les sorties de fonds non récurrentes liées à la clôture du programme d’affacturage inversé, aux garanties de valeur résiduelle, et à la charge de restructuration susmentionnée, dont le total est estimé à environ 200 millions $.

Journée des investisseurs

Bombardier tiendra une Journée des investisseurs virtuelle le 4 mars 2021, au cours de laquelle l’équipe de direction présentera des mises à jour sur les perspectives de marché, la stratégie de gestion de la dette et les mesures de réduction des coûts. Plus d’information sera fournie dans un avis aux médias séparé, lequel avis sera affiché prochainement sur le site Web de l’entreprise www.ir.bombardier.com.

Principaux résultats (PDF)

RÉSULTATS ET FAITS SAILLANTS SECTORIELS

Aviation

Résultats (PDF)

  • Les revenus tirés des activités liées aux avions d’affaires ont atteint 5,6 milliards $ pour 2020, une augmentation de 3 % par rapport à ceux de l’exercice précédent attribuable à l’accélération continue des livraisons d’avions Global 7500, compte non tenu des ajustements apportés à la cadence de production sur d’autres plateformes pour l’aligner sur la conjoncture du marché et les demandes des clients en réponse à la pandémie de COVID-19.
    • Les revenus tirés des activités de fabrication d’avions d’affaires ont augmenté de 11 % par rapport à ceux de l’exercice précédent, ce qui s’explique par les parts de marché gagnées par l’avion Global 7500 dans le segment des avions très long-courriers.
    • Les revenus tirés des services ont été de 988 millions $, soit 21 % moins élevés que ceux de l’exercice précédent, la pandémie de COVID-19 ayant réduit l’utilisation des biréacteurs d’affaires à l’échelle de l’industrie. La Société continue de se positionner de manière à pouvoir saisir les occasions de croissance futures sur le marché des services après-vente en augmentant considérablement la capacité de son réseau mondial avec des grands projets d’expansion en cours à Singapour, à Londres, à Melbourne et à Miami.
  • Avions d’affaires a livré 114 avions, y compris des avions spécialisés au cours de l’exercice, y compris 59 avions Global, 44 avions Challenger et 11 avions Learjet.
    • Les livraisons ont atteint un sommet au quatrième trimestre, avec 44 avions livrés, y compris un nombre record de 16 livraisons d’avions Global 7500.
  • Les autres revenus tirés des activités d’aviation liées aux avions commerciaux et aux aérostructures qui ont été cédées au cours de l’exercice se sont établis à 895 millions $.
  • Le RAIIA ajustéet le RAII ajustéde respectivement 4,4 % et (1,9) % reflètent la baisse du nombre de livraisons d’avions, le ralentissement des activités liées aux services, la contribution inférieure des premières unités de l’avion Global 7500 au fur et à mesure que le programme progresse sur la courbe d’apprentissage de sa production, ainsi que l’incidence de la redéfinition d’une entente commerciale. Le RAII comme présenté de 0,9 milliard $ tient compte des gains comptables réalisés à la cession des activités liées aux avions CRJ et aux aérostructures. 
  • Le carnet de commandes pluriannuel d’avions d’affaires totalisait 10,7 milliards $ à la fin de l’exercice, reflétant l’intensification de l’activité de commandes au quatrième trimestre, compte non tenu de la redéfinition d’une entente commerciale prévoyant notamment la récupération de 12 avions Global 7500.
    • En décembre, Bombardier a annoncé une commande ferme de 10 avions Challenger 350 dans une transaction évaluée à 267 millions $, aux prix affichés de 2020. L’engagement ferme d’un client qui préfère garder l’anonymat représente l’une des plus importantes commandes de biréacteurs d’affaires en 2020 et souligne l’attrait de l’avion meilleur vendeur Challenger 350 dans un contexte de vif intérêt pour l’aviation d’affaires et la sécurité accrue qu’elle procure. 

À propos de Bombardier

Bombardier est un leader mondial de l’industrie de l’aviation en créant des avions novateurs qui changent la donne sur leur marché. Ses produits et services fournissent des expériences de calibre international établissant de nouvelles normes en matière de confort-passager, d’efficacité écoénergétique, de fiabilité et de sécurité.

Ayant son siège social à Montréal, au Canada, Bombardier est présente dans plus de douze pays avec notamment des sites de production ou d'ingénierie et un réseau de soutien et de service à la clientèle. Bombardier offre du soutien pour sa flotte mondiale d’environ 4900 avions exploités par un large éventail de multinationales, de fournisseurs de services de vol nolisé ou de multipropriété, de gouvernements et d’individus.

Lisez nouvelles et information sur le site bombardier.com ou suivez-nous sur Twitter @Bombardier.

Bombardier, Challenger, Challenger 350, Global, Global 7500, Learjet, Learjet 40 and Learjet 45 sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour information

Jessica McDonald
Conseillère, Relations avec les médias 
Bombardier Inc.
+1 514 861 9481

Patrick Ghoche
Vice-président, Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.
+1 514 861 5727

Nous recommandons fortement aux lecteurs de consulter notre rapport de gestion ainsi que nos états financiers consolidés qui sont affichés sur notre site Web à www.ir.bombardier.com pour obtenir une analyse plus détaillée de nos résultats sectoriels.

ins : information non significative

pdb : points de base

  1. Mesures financières non conformes aux PCGR. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux PCGR et à la rubrique Liquidités et sources de financement du rapport de gestion du rapport financier de la Société pour  l’exercice clos le 31 décembre 2020 pour la définition de ces indicateurs et à la rubrique Analyse des résultats pour le rapprochement avec les mesures les plus comparables des IFRS.
  2. Mesure financière non conforme aux PCGR. La trésorerie et équivalents de trésorerie pro  forma inclut la trésorerie et équivalents de trésorerie de Bombardier Inc.(excluant Transport) totalisant 1,8 milliard $ au 31 décembre 2020, plus le produit net d’environ 3,6 milliards $ tiré de la vente de Bombardier Transport, en posant l’hypothèse de la pleine monétisation des actions Alstom d’une valeur totale d’environ 600 millions $, toute liquidité n’étant pas immédiatement disponible  et le devenant avant le déploiement du produit appliqué à tout remboursement de la dette.
  3. Mesure financière non conforme aux PCGR. La dette nette pro forma est définie comme la dette à long terme de 10,1 milliards $ moins la trésorerie et équivalents de trésorerie de Bombardier Inc. (excluant Transport) totalisant 1,8 milliard $ au 31 décembre 2020, moins le produit net d’environ 3,6 milliards $ tiré de la vente de Bombardier Transport, lequel inclut environ 600 millions $ d’actions Alstom.
  4. Se reporter à la mise en garde relative aux énoncés prospectifs à la fin de ce communiqué de presse ainsi qu’à la rubrique Énoncés prospectifs et prévisions qui les suivent dans la section Sommaire du rapport de gestion du rapport financier de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2020 pour des détails sur les hypothèses sur lesquelles sont basés les énoncés prospectifs.
  5. Transport a été classé à titre d’activités abandonnées au 31 décembre 2020. Par conséquent, les résultats opérationnels des périodes correspondantes ont été retraités. Se reporter à la Note 31 – Activités abandonnées de nos états financiers consolidés pour plus de détails.
  6. Comprend les activités poursuivies uniquement.
  7. Les liquidités sont définies comme la trésorerie et les équivalents de trésorerie, y compris la trésorerie et les équivalents de trésorerie de Transport plus les montants disponibles en vertu de la facilité de crédit renouvelable de Transport et de notre facilité d’emprunt à terme garantie de premier rang.
  8. Comprennent des commandes fermes totalisant 1,1 milliard $ provenant des activités liées aux aérostructures présentées à titre d’actifs détenus en vue de la vente au 31 décembre 2019. Comprennent aussi 20 commandes fermes d’avions CRJ900 au 31 décembre 2019. Ne tient pas compte du carnet de commandes pour le programme d’avions CRJ Series, totalisant 0,4 milliard $, en raison de la clôture de la vente de ce programme à MHI le 1er juin 2020.
  9. Le 31 mai 2019, la Société a conclu la vente des actifs du programme d’avions Q Series, y compris les activités et les actifs de services après-vente, à De Havilland Aircraft of Canada Limited (anciennement Longview Aircraft Company of Canada Limited). Le 1er juin 2020, la Société a conclu la vente du programme de biréacteurs régionaux à Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. (MHI).

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES NON CONFORMES AUX PCGR

Ce communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les IFRS et sur les mesures financières non conformes aux PCGR suivantes :

Mesures financières non conformes aux PCGR
RAII ajusté RAII excluant les éléments spéciaux. Les éléments spéciaux sont ceux qui ne reflètent pas le rendement de base de la Société ou dont la présentation distincte permet aux utilisateurs de mieux comprendre les résultats financiers consolidés de la Société pour la période. Ces éléments comprennent notamment l’incidence des charges de restructuration, l’incidence de la cession d’activités ainsi que les charges de dépréciation importantes et la reprise de celles-ci.
RAIIA ajusté RAII ajusté, y compris l’amortissement et les charges de dépréciation des immobilisations corporelles et incorporelles.
Résultat net ajusté Résultat net, compte non tenu des éléments spéciaux, de la charge de désactualisation des obligations nettes au titre des avantages de retraite, de certains gains et pertes nets découlant des modifications de l’évaluation des provisions et des instruments financiers comptabilisés à la juste valeur par le biais du résultat net et de l’incidence fiscale connexe de ces éléments.
RPA ajusté RPA calculé d’après le résultat net ajusté attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de Bombardier Inc. au moyen de la méthode du rachat d’actions en tenant compte de l’exercice de tous les facteurs de dilution.
Flux de trésorerie disponibles (utilisation) Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, déduction faite des additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles.

Les mesures financières non conformes aux PCGR sont tirées principalement des états financiers consolidés, mais n’ont pas de sens normalisé prescrit par les IFRS. L’exclusion de certains éléments des mesures de rendement non conformes aux PCGR ne signifie pas que ces éléments sont nécessairement ponctuels. D’autres entités de notre industrie peuvent définir les mesures susmentionnées de manière différente. Dans ce cas, il peut être difficile de comparer le rendement de ces entités au rendement de la Société selon des mesures non conformes aux PCGR ayant une appellation similaire.

RAII ajusté, RAIIA ajusté, résultat net ajusté et RPA ajusté

La direction utilise le RAII ajusté, le RAIIA ajusté, le résultat net ajusté et le RPA ajusté aux fins de l’évaluation de la performance sous-jacente de l’entreprise. La direction croit que ces mesures du résultat non conformes aux PCGR, en plus des mesures IFRS, donnent aux utilisateurs de notre Rapport financier une meilleure compréhension de nos résultats et tendances connexes, et accroît la transparence et la clarté des résultats de base de notre entreprise. Le RAII ajusté, le RAIIA ajusté, le résultat net ajusté et le RPA ajusté excluent des éléments qui ne reflètent pas notre rendement de base ou dont l’exclusion aidera les utilisateurs à comprendre nos résultats pour la période. C’est pourquoi un grand nombre d’utilisateurs du rapport de gestion analysent nos résultats d’après ces mesures financières. La direction est d’avis que ces mesures aident les utilisateurs du rapport de gestion à mieux analyser les résultats et améliorent la comparabilité de nos résultats d’une période à l’autre ainsi que la comparabilité avec nos pairs.

Flux de trésorerie disponibles (utilisation)

Les flux de trésorerie disponibles correspondent aux flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles diminués des additions nettes aux immobilisations corporelles et incorporelles. La direction croit que cette mesure des flux de trésorerie non conforme aux PCGR permet aux investisseurs d’avoir une vision claire de la trésorerie disponible générée pour les actionnaires de la Société, le remboursement de la dette et les acquisitions une fois engagées les dépenses en immobilisations requises à l’appui des activités courantes de l’entreprise et la création de valeur à long terme. Cette mesure des flux de trésorerie non conforme aux PCGR ne correspond pas aux flux de trésorerie disponibles résiduels aux fins des dépenses discrétionnaires, étant donné qu’elle ne tient pas compte de certaines sorties de fonds obligatoires, comme le remboursement de la dette arrivant à échéance. La direction a recours aux flux de trésorerie disponibles à titre de mesure d’évaluation de la performance de l’entreprise et de la génération de liquidités dans son ensemble.

Le rapprochement des mesures financières non conformes aux PCGR avec les mesures les plus comparables des IFRS est présenté dans les tableaux ci-après, à l’exception des rapprochements suivants :

  • RAII ajusté et RAII – se reporter aux tableaux Résultats opérationnels des secteurs isolables et à la rubrique Résultats opérationnels consolidés; et
  • utilisation des flux de trésorerie disponibles par rapport aux flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles – se reporter au tableau Utilisation des flux de trésorerie disponibles de la rubrique Liquidités et sources de financement.

Rapprochement des résultats sectoriels et des résultats consolidés (PDF)

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Ce communiqué contient des énoncés prospectifs, qui peuvent comprendre, sans s’y limiter, des déclarations portant sur nos objectifs, nos anticipations et nos perspectives ou prévisions à propos de divers indicateurs financiers et globaux et sources d’apport connexes, nos cibles, nos buts, nos priorités, nos marchés et nos stratégies, notre situation financière, nos résultats financiers, notre position sur le marché, nos capacités, notre position en regard de la concurrence, nos cotes de crédit, nos croyances, nos perspectives, nos plans, nos attentes, nos anticipations, nos estimations et nos intentions; les perspectives de l’économie générale et les perspectives commerciales, les perspectives et les tendances d’une industrie; la valeur pour les clients; la demande prévue de produits et de services; la stratégie de croissance; le développement de produits, y compris la conception, les caractéristiques, la capacité ou la performance projetées; les dates prévues ou fixées de la mise en service de produits et de services, des commandes, des livraisons, des essais, des délais, des certifications et de l’exécution des commandes en général; notre position en regard de la concurrence; les prévisions relatives à la composition des revenus et du carnet de commandes; l’incidence prévue du cadre législatif et réglementaire et des procédures judiciaires; la robustesse de notre structure du capital et de notre bilan, notre solvabilité, nos liquidités et sources de financement disponibles, nos besoins financiers prévus et l’examen continu des solutions de rechange stratégiques et financières; la mise en place d’améliorations visant la productivité, de gains d’efficacité opérationnelle, de réduction de coûts et d’initiatives de restructuration et les coûts prévus s’y rattachant, les avantages recherchés et le moment de leur matérialisation; la transition prévue de l’entreprise vers un cycle de croissance et la génération de liquidités; les attentes, les objectifs et les stratégies en matière de remboursement de la dette, de renégociation des échéances et de réduction des coûts d’intérêt; les attentes à l’égard de la disponibilité des programmes d’aide gouvernementale; la conformité aux clauses financières restrictives; les attentes à l’égard de la déclaration et du versement de dividendes sur nos actions privilégiées; les intentions et les objectifs à l’égard de nos programmes, de nos actifs et de nos activités; l’incidence de la pandémie de COVID-19 sur ce qui précède et l’efficacité des plans et des mesures que nous avons mis en place en réponse à cet égard; et les attentes concernant la reprise progressive du marché et de l'économie à la suite de la pandémie de COVID-19. En ce qui a trait à la vente de l’entreprise de Transport à Alstom, le présent communiqué comporte également des énoncés prospectifs ayant trait aux avantages de cette opération, à l’utilisation du produit tiré de celle-ci et à son incidence sur nos perspectives, nos orientations et objectifs, nos activités, notre infrastructure, nos occasions, notre situation financière, notre plan d’entreprise et notre stratégie globale.

Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l’emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « devoir », « avoir l’intention de », « s’attendre à », « anticiper », « estimer », « planifier », « entrevoir », « croire », « continuer », « maintenir » ou « aligner », la forme négative de ces termes, leurs variations ou une terminologie semblable. Les énoncés prospectifs sont présentés dans le but d’assister les investisseurs et autres dans la compréhension de certains éléments clés de nos objectifs, priorités stratégiques, attentes, perspectives et plans actuels, ainsi que pour leur permettre d’avoir une meilleure compréhension de nos activités et de l’environnement dans lequel nous prévoyons exercer nos activités. Le lecteur est prévenu que de telles informations pourraient ne pas convenir à d’autres fins.

De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que la direction formule des hypothèses et ils sont assujettis à d’importants risques et incertitudes, connus et inconnus, de sorte que nos résultats réels de périodes futures pourraient différer de façon importante des résultats prévus décrits dans les énoncés prospectifs. Bien que la direction juge ces hypothèses raisonnables et appropriées selon l’information actuellement à sa disposition, il existe un risque qu’elles ne soient pas exactes. Les hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué en lien avec la vente de l’entreprise de Transport à Alstom dont il est question dans les présentes comportent les hypothèses significatives suivantes : la réalisation des avantages attendus de cette opération et l’affectation du produit au remboursement de la dette. Pour de plus amples renseignements, y compris à l’égard d’autres hypothèses sur lesquelles reposent les énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué, se reporter à la rubrique Prévisions et énoncés prospectifs de notre rapport financier pour l’exercice clos le 31 décembre 2020. Compte tenu de l’incidence de l’évolution de la pandémie de COVID-19 et de la réponse connexe de la Société, des gouvernements (fédéral, provinciaux et municipaux), des organismes de réglementation, des entreprises, des fournisseurs, des clients, des contreparties et des fournisseurs de services tiers, les hypothèses de la Société comportent une incertitude plus importante que lors d’exercices précédents.

Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de manière importante des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, notons, sans s’y limiter, les risques liés à la conjoncture économique générale, les risques liés à notre contexte commercial (tels les risques liés à la situation financière des clients d’avions d’affaires; à la politique commerciale; à l’accroissement de la concurrence; à l’instabilité politique et à des cas de force majeure ou aux changements climatiques à l’échelle mondiale), les risques opérationnels (tels les risques liés au développement de nouveaux produits et services; au développement de nouvelles activités; au carnet de commandes; à la transformation en une entreprise axée sur l’aviation d’affaires; à la certification de produits et services; à l’exécution de commandes; aux pressions sur les flux de trésorerie et sur les dépenses en immobilisations exercées par le caractère saisonnier et la cyclicité; à l’exécution de notre stratégie, de nos améliorations visant la productivité, de nos gains d’efficacité opérationnelle, de nos restructurations et de nos initiatives en matière de réduction de coûts; aux partenaires commerciaux; aux pertes découlant de sinistres et de garanties sur la performance des produits; aux procédures réglementaires et judiciaires; aux risques liés à l’environnement et à la santé et sécurité; à la dépendance à l’égard de certains clients, contrats et fournisseurs; à la chaîne d’approvisionnement; aux ressources humaines; à la dépendance à l’égard des systèmes informatiques; à la dépendance à l’égard des droits relatifs à la propriété intellectuelle et à leur protection; aux risques liés à la réputation; à la gestion des risques; aux questions fiscales; et au caractère adéquat de la couverture d’assurance), les risques liés au financement (tels les risques liés aux liquidités et à l’accès aux marchés financiers; aux régimes d’avantages de retraite; à l’exposition au risque de crédit; aux obligations importantes au titre des paiements de la dette et des intérêts; aux clauses restrictives de conventions d’emprunt; à la dépendance à l’égard de la gestion de la dette et aux stratégies de réduction des coûts d’intérêt; et à la dépendance à l’égard de l’aide gouvernementale), les risques liés au marché (telles les fluctuations des taux de change et des taux d’intérêt; l’augmentation des prix des produits de base; et les fluctuations du taux d’inflation). Pour plus de détails, se reporter à la rubrique Risques et incertitudes dans la section Autres de notre rapport financier pour l’exercice clos le 31 décembre 2020. Les facteurs mentionnés précédemment peuvent être exacerbés par la pandémie de COVID-19 en cours et avoir une incidence considérablement plus grave sur les activités, les résultats opérationnels et la situation financière de la Société que si une telle éclosion n’avait pas eu lieu. En raison de la pandémie de COVID-19 actuelle, les autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux prévus dans les énoncés prospectifs comprennent, sans s’y limiter : les risques liés à l’incidence et aux répercussions de la pandémie de COVID-19 sur la conjoncture économique et les marchés des capitaux et l’incidence connexe sur notre entreprise, nos activités, nos sources de financement, nos liquidités, notre situation financière, nos marges, nos perspectives et nos résultats; l’incertitude à l’égard de l’ampleur et de la durée des perturbations économiques par suite de l’éclosion de la COVID-19 et des répercussions connexes sur la demande de nos produits et services; l’incertitude concernant la reprise du marché et de l’économie à la suite de la pandémie de COVID-19; les mesures d’urgence et les restrictions décrétées par les autorités de la santé publique ou les gouvernements, les réponses des gouvernements et des institutions financières en matière de politique fiscale et monétaire; la perturbation de la chaîne d’approvisionnement mondiale, des clients, de la main-d’œuvre, des contreparties et des fournisseurs de services tiers; la perturbation additionnelle des activités opérationnelles, des commandes et de la livraison; les risques liés à la technologie, à la protection des renseignements personnels, à la cybersécurité et à la réputation; et d’autres événements défavorables imprévus.

Le lecteur est prévenu que la présente liste de facteurs pouvant influer sur la croissance, les résultats et le rendement futurs n’est pas exhaustive et qu’il ne faudrait pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. D’autres risques et incertitudes que nous ne connaissons pas ou que nous considérons comme non importants à l’heure actuelle pourraient également faire en sorte que les résultats ou les événements réels diffèrent considérablement de ceux exprimés explicitement ou implicitement dans ces énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs décrits aux présentes reflètent les attentes de la direction à la date du présent communiqué et pourraient subir des modifications après cette date. À moins d’y être tenus selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, nous nions expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou autrement. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué sont formulés expressément sous réserve de cette mise en garde.