Notre histoire

Bombardier est née de l’esprit inventif et entrepreneurial d’un jeune mécanicien pour devenir un fabricant d’avions d’affaires et un prestataire de services connexes de calibre international.

Tout a commencé avec l’ingéniosité d’un homme et le besoin d’aider les gens à se déplacer

Bombardier est née de l’esprit inventif et entrepreneurial d’un jeune mécanicien. Né en 1907, Joseph-Armand Bombardier construit son premier « véhicule de neige » à l’âge de 15 ans. Sa motivation? Aider les gens à se déplacer sur les routes enneigées du Québec rural, au Canada.

Ainsi, en 1937, Joseph-Armand Bombardier réalise son premier grand succès commercial en lançant la B7, une autoneige à sept places. Cinq ans plus tard, L’Auto-Neige Bombardier Limitée est officiellement fondée pour fabriquer la B12, une autoneige à 12 places. D’autres véhicules hivernaux suivent pour les services ambulanciers, le transport de marchandises, la livraison du courrier ou le transport scolaire.

À la conquête de nouveaux marchés avec des produits récréatifs

Joseph-Armand Bombardier n’a jamais abandonné son rêve d’inventer la motoneige personnelle par excellence. Ses expériences persistantes mèneront finalement à une toute nouvelle industrie : celle de la motoneige. En 1959, il lance son Ski-Doo, célèbre dans le monde entier.

Laurent Beaudoin prend la barre de l’entreprise

Laurent Beaudoin, gendre du fondateur, devient président de Bombardier en 1966 et prouve qu’il est tout aussi visionnaire et innovateur que Joseph-Armand Bombardier. Sous sa gouverne éclairée, l’entreprise entre dans une nouvelle ère de croissance interne et de diversification par le biais d’acquisitions stratégiques. En 1969, l’entreprise entre en bourse, ce qui stimule davantage sa croissance. Ses actions sont cotées à la fois à la Bourse de Montréal et à la Bourse de Toronto.

Bombardier sur les rails

En 1970, Bombardier perce le marché du transport sur rail avec sa première acquisition hors Canada : celle de Lohnerwerke de Vienne en Autriche, un fabricant de scooters et de tramways, et de sa filiale, le fabricant de moteurs ROTAX.

En réalité, ce n’est qu’en 1973, quand la crise du pétrole force Bombardier à réduire de moitié sa production de motoneiges, que l’entreprise s’intéresse alors sérieusement au secteur ferroviaire. Laurent Beaudoin et son équipe de direction redéployent complètement la surcapacité de production de l’entreprise, acquièrent des technologies de transport en commun et appliquent le savoir-faire de fabrication de Bombardier à la construction de matériel roulant.

En 1974, Bombardier décroche son premier contrat de transport en commun pour la fabrication de 423 voitures pour le métro de Montréal. Plus tard, en 1982, le contrat de 1 milliard $ US pour la fabrication de 825 voitures de métro pour la Transit Authority de New York place Bombardier comme grand fabricant du transport ferroviaire en Amérique du Nord.

Bombardier prend son envol

En 1986, seize ans après sa diversification dans le ferroviaire, Bombardier prend son envol dans l’aéronautique en achetant Canadair, le plus grand fabricant d’avions canadiens, y compris des jets d’affaires à large fuselage Challenger et de l’avion amphibie de lutte aérienne contre les feux de forêt CL-215.

La plateforme emblématique des avions Challenger de Bombardier n'a jamais manqué d'impressionner et d'élever les normes de l'industrie. Les avions Challenger 350 et Challenger 650 comptent parmi les meilleurs vendeurs en offrant un aménagement intérieur de calibre international, une portée mondiale ainsi que de faibles coûts d’exploitation. L'avion Challenger 3500, lancé en 2021, est le dernier ajout à la famille des avions Challenger et élève l'expérience des passagers dans le segment des super intermédiaires. Il établit de nouvelles normes en matière de confort en cabine et introduit une technologie jamais vue dans un avion d'affaires, tout en étant le plus durable de sa catégorie. 

Sur les traces du CL-215, l’avion amphibie Bombardier 415 fait ses débuts en 1994 et demeure aujourd’hui le seul avion expressément conçu pour la lutte aérienne contre les feux de forêt; il peut aussi être configuré pour d’autres utilités, y compris la recherche ou le sauvetage maritime, la surveillance et le transport de personnel.

CL-601-3A

Le biréacteur CRJ de Bombardier révolutionne le transport régional

En 1989, forte d’une formidable équipe d’ingénieurs aéronautiques, Bombardier lance le biréacteur Canadair Regional Jet (CRJ) de 50 places, certifié en 1992. Cet avion révolutionne le transport régional reliant de petites villes à de grandes plaques tournantes, rendant accessible le transport aérien à la grande majorité. La gamme d’avions CRJ s’agrandit : en 1997, avec le biréacteur CRJ700 de 70 places; en 2000, avec le biréacteur CRJ900 de 86 places et, en 2007, avec le biréacteur CRJ1000 de 100 places. Aujourd’hui, la gamme d’avions CRJ Series est le programme d’avions régionaux le plus populaire au monde.

La division Aviation continue de croître avec les avions Learjet

En 1990, l’acquisition de la Learjet Corporation permet à Bombardier de lancer l’avion d’affaires Learjet 60 qui devient rapidement le plus populaire de sa catégorie. Depuis, les ingénieurs de Bombardier réinventent et perfectionnent l’emblématique jet privé. Sa dernière mouture, le jet Learjet 75, se fonde sur les légendaires forces et réussites de Learjet tout en tirant profit de la technologie d’avion Learjet 85. Les jets proposent une nouvelle conception intérieure contemporaine, un système de gestion de cabine de prochaine génération, des performances supérieures doublés de faibles coûts d’exploitation.

Learjet 60

Défi d’ingénierie : réduire au silence les biturbopropulseurs commerciaux!

Avec l’acquisition en 1992 de de Havilland, division de Boeing, et de son célèbre biturbopropulseur Dash 8, Bombardier devient un chef de file sur le marché des avions régionaux en pleine croissance, et le seul à offrir à la fois des biréacteurs et des biturbopropulseurs sur le segment de marché des avions de 50 places. Bombardier lance plus tard un ingénieux système de réduction du bruit, permettant au biturbopropulseur de voler presque aussi silencieusement qu’un biréacteur. L’avion était si silencieux qu’il est rebaptisé « Q Series », Q pour Quiet !

Les avions Global : le joyau de Bombardier

En 1993, Bombardier annonce sa décision de développer son tout nouveau jet d’affaires très long-courrier Global Express offrant un confort inégalé et la possibilité de relier sans escale Montréal et Tokyo. En 1996, l’avion réalise son vol inaugural et, en 1999, il est mis en service.

Suivent les avions Global Express XRS (6000), Global 5000, Global 7500, Global 5500 et Global 6500. Établissant de nouvelles normes en matière de confort et de technologie tout en reliant plus de villes plus rapidement que tout autre jet d’affaires, les avions Global résultent de notre inébranlable engagement à innover et à exceller, mais surtout, de notre désir d’offrir à nos clients ce qu’il se fait de mieux.

Global express

Les produits récréatifs se surpassent et BRP vole de ses propres ailes

Tandis que Bombardier s’attaque au marché aéronautique et au marché ferroviaire, sa division Produits récréatifs atteint de nouveaux sommets. En effet, en 1995, avec ses Sea-Doo et ses Speedster, Bombardier détient la moitié du marché des motomarines et crée un moteur réduisant de 50 % les émissions d’hydrocarbures et de 25 % la consommation de carburant de ses motoneiges. De plus, nouvelle venue sur le marché des véhicules tout terrain (VTT), Bombardier obtient la reconnaissance de l’industrie dès sa première année d’activité en remportant en 1999 le prix du meilleur VTT de ATV Magazine. En 2003, recentrant ses activités sur les trains et les avions, Bombardier vend sa division de produits récréatifs.

Les avions C Series : un chapitre dont nous serons toujours fiers!

La gamme d’avions C Series, des avions commerciaux à rangées de cinq sièges, est lancée en 200. Ils offrent les coûts d’exploitation, les performances ainsi que les améliorations environnementales et celles axées sur les passagers demandées par les clients, les transporteurs aériens, du prochain quart de siècle. Pendant plusieurs années, une petite équipe d’ingénieurs et de professionnels de l’aéronautique créent ce qui deviendra l’avion commercial le plus sophistiqué sur le marché. Le vol inaugural du premier avion C Series est réalisé en 2013.

Le grand transporteur allemand Lufthansa est le premier à se montrer intéressé et passe commande d’un maximum de 60 avions.  En 2016 , la plus importante commande d’avions C Series vient de Delta: une commande ferme de 75 avions CS100 avec l’option d’en acheter 50 de plus.

À l’automne 2017, Bombardier annonce un partenariat avec Airbus pour le programme d’avions C Series. Ce partenariat allie la portée et l’envergure d’Airbus avec la dernière gamme de biréacteurs sophistiqués de Bombardier et place les deux partenaires en bonne position pour réaliser le plein potentiel de la plateforme C Series et ainsi pour créer de la nouvelle valeur considérable pour les clients, les fournisseurs, les employés et les actionnaires.

Bombardier Transport à la conquête du monde

Alors que notre division aéronautique prend de l’ampleur, avec l’acquisition d’Adtranz en 2001, Bombardier Transport devient chef de file mondial du secteur du matériel ferroviaire. En 2002, Bombardier déménage à Berlin le siège mondial de sa division ferroviaire, améliorant ainsi sa capacité de servir l’Europe, le plus grand marché du rail au monde.

Les innovations en technologie ferroviaire foisonnent au cours de la décennie suivante : il y a d’abord le tout premier train à très grande vitesse ZEFIRO de Bombardier (2005); puis le tout premier train hybride au monde, l’Autorail grande capacité (2007) bimode avec sa technologie de double alimentation; la troisième génération des systèmes autonomes INNOVIA (2010); et enfin l’innovante locomotive diesel TRAXX AC « dernier mille » (2011).

Bombardier renforce son leadership dans le transport sur rail avec des commandes d’envergure portant sur des véhicules légers sur rail, des trains de banlieue et des trains interurbains, respectivement en Allemagne, en France et en Afrique du Sud.

Adtranz

Plan de redressement quinquennal 2015-2020 de Bombardier

En 2015, des mesures transformatrices s’imposent pour protéger l’héritage de Bombardier et assurer son avenir. Un plan de restructuration quinquennal pour réduire l’endettement et améliorer le bilan de l’entreprise est établi.

Après avoir solidifié une alliance avec le gouvernement du Québec et Airbus, Bombardier vend sa participation dans le partenariat C Series/A220, fermant ainsi le chapitre de l’aéronautique commerciale de son histoire. Bombardier sera toujours fière de l’impact précurseur qu’elle a eu sur l’aviation commerciale grâce à l’ingéniosité de ses employés. Elle est tout aussi fière de la façon responsable dont elle est sortie du secteur de l’aéronautique commerciale, en conservant des emplois et en renforçant la grappe aérospatiale au Québec et au Canada.

En février 2020, Bombardier annonce la vente de Bombardier Transport à Alstom, une opération qui va clore un autre important chapitre de son histoire et permettre à Bombardier d’accélérer le remboursement de sa dette de 9,3 milliards $.

Aujourd’hui, cette ambitieuse transformation est achevée. L’héritage de Bombardier vit toujours, et l’entreprise est en bonne position pour poursuivre sa tradition d’innovation et d’ingéniosité de longue date.

Bombardier est prête à écrire le prochain chapitre de son histoire. Nous ciblons désormais le marché des jets d’affaires sur lequel doté du portefeuille de produits le plus ambitieux et diversifié de l’industrie notre solide position nous permet de livrer concurrence avec succès.